Féminisme

par Robert O. Keel


(ces idées sont tirées de Goode, 1994-2008, chapitre 4; et Pfohl, Images of Deviance and Social Control, 1985. Voir l’avertissement)
Question: Subordination basée sur des catégories sexuelles
Perception et définition de la déviance enracinée dans l’inégalité


Problème: le patriarcat

  • Les femmes sont généralement ignorées dans les écrits sur la déviance, lorsqu’elles sont incluses, une image biaisée est présentée: la tromperie.
  • Déviance des hommes ==> Déviance en général, la déviance féminine toujours considérée comme un cas spécial.
  • Rôle des femmes en tant que victimes largement ignoré.

  • Sexe et délinquance

Implications tirées des théories classiques:

  • Moins de tension
  • Différents groupes
  • Possibilités illicites restreintes
  • Préjugé juridique et application différentielle.

Problème??

Théorie des conflits: en tant que groupe impuissant, il faut s’attendre à voir la participation des femmes aux crimes de rue être plus élevée, mais?


Changement et contrôle sociaux

  • Mythe de la « nouvelle délinquante »
  • Contrôle social et genre
  1. Contrôle formel: difficulté en comparaison, mais ne semble pas être une différenciation manifeste des condamnations et des peines.
  2. Contrôle informel: intéressant. Les femmes respectaient des normes plus exigeantes. Forte stigmatisation pour les violations. (Voir Cooper, « On Rejecting ‘Feminity » « et Rosenbaum et Chesney-Lind, » Appearance and Delinquency « in Pontell.)
  • Victimisation: le rôle des femmes victimes de crimes, en particulier le viol et la violence domestique.

Expliquer la déviance féminine:

Théorie du contrôle du pouvoir de Hagan

Essayez d’expliquer les taux différentiels de déviance liés au sexe et à la classe sociale.

Selon Hagan, les taux de criminalité et de délinquance sont fonction de deux facteurs: (1) la position de classe (pouvoir) et (2) la fonction familiale (contrôle). Le lien entre ces deux variables est qu’au sein de la famille, les parents reproduisent les relations de pouvoir qu’ils détiennent au travail. (Siegel, 1992: 269)

La position de classe des parents, telle que définie par leurs expériences de travail, influence le comportement délinquant de leurs enfants. Lorsque les pères occupent le rôle traditionnel de soutien de famille unique et que les mères n’ont que des emplois subalternes ou restent à la maison pour gérer les affaires domestiques, la famille paternaliste ou patriarcale est indiquée. Ici, l’expérience du père de contrôle sur les autres ou d’être contrôlé est reproduite dans le ménage. Son attention est dirigée vers l’extérieur vers ses responsabilités instrumentales, tandis que la mère est laissée aux enfants, en particulier à leurs filles. Les fils bénéficient d’une plus grande liberté lorsqu’ils sont préparés au rôle masculin traditionnel symbolisé par leurs pères. Les filles sont socialisées dans le culte de la domesticité sous la surveillance étroite de leur mère, les préparant à une vie orientée vers le travail domestique et la consommation; tandis que les fils sont encouragés et autorisés à « expérimenter » et à prendre des risques. Les filles dans ce scénario sont étroitement surveillées de sorte que la participation à une activité déviante ou délinquante est peu probable.

La famille égalitaire se caractérise par peu de différence entre les rôles professionnels de la mère et du père, de sorte que la responsabilité de l’éducation des enfants est partagée. Ici, aucun des enfants ne reçoit la surveillance étroite des femmes de la famille paternaliste. Les aspirations et les valeurs de la classe moyenne dominent: mobilité, réussite, autonomie et prise de risques. La déviance de sa fille reflète maintenant celle de son frère. Cette tendance semble être vraie pour les ménages monoparentaux (dirigés par une femme); même au sein de la classe ouvrière / inférieure. Ici, sans la présence du père, la surveillance de la mère sur ses enfants n’est pas aussi intense que dans la famille paternaliste et, en fait, les enfants des deux sexes peuvent être encouragés à expérimenter des rôles instrumentaux à risque. Dans les deux cas, l’argument suggère:

« … les filles de la classe moyenne sont les plus susceptibles de violer la loi parce qu’elles sont moins étroitement contrôlées que leurs homologues de la classe inférieure. Et dans les foyers où les deux parents occupent des postes de pouvoir, les filles sont plus susceptibles d’avoir les mêmes attentes de la réussite professionnelle en tant que frères. Par conséquent, les frères et sœurs des deux sexes seront socialisés pour prendre des risques et adopter d’autres comportements liés à la délinquance. La théorie du pouvoir-contrôle implique donc que les jeunes de la classe moyenne des deux sexes auront des taux de criminalité plus élevés que leurs pairs de classe inférieure.  » (Siegel, 1992: 270)

Retour au patriarcat:

La théorie de Hagan a été critiquée comme étant fondamentalement une adaptation assez simple de l ‘«hypothèse de libération», car les femmes connaissent une mobilité ascendante et un changement de statut, leur accès à des comportements déviants et illicites s’élargit. Morash et Chesney-Lind (1989, 1991) soutiennent qu’une meilleure explication de la déviance féminine, en particulier leurs taux de participation plus faibles, se concentrerait sur le développement des relations développées pendant la socialisation, les menant vers des comportements plus prosociaux. La déviance féminine devient un produit des «scripts sexuels» au sein des familles patriarcales qui les rendent plus susceptibles de devenir victimes d’abus sexuels et physiques. S’ils s’enfuient, le tribunal pour mineurs soutient les droits parentaux et les renvoie à la maison, les violations persistantes conduisent à l’incarcération et à des problèmes futurs en tant que délinquants / déviants officiels ou à la vie dans la rue où la survie dépend de l’implication dans le crime.


Structuralisme et Déviance


Source de la page: http://www.umsl.edu/~keelr/200/feminism.html
Traduit par Mathilde Guibert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *