Les gens collectionnent-ils encore des timbres?

Par D. J. McAdam

Je collectionne des timbres depuis plus de cinquante ans, à partir de mon enfance. À l’époque, il y avait des magasins de timbres dans toutes les grandes villes américaines et la plupart des petites villes, ainsi que des départements de timbres florissants dans les grands magasins et les magasins à cinq sous comme Woolworth’s. Des timbres de vente par correspondance sur approbation ont été publiés dans des magazines et sur des couvertures d’allumettes. La plupart des journaux avaient une colonne de collecte de timbres le dimanche. On pourrait également faire tremper les timbres du courrier entrant. En bref, personne à l’époque n’avait imaginé un jour où les gens pourraient demander: «Les gens collectionnent-ils encore des timbres?

La réponse concise à une telle question est la suivante:

  • Oui, les gens collectionnent toujours des timbres;
  • Les riches des États-Unis et du monde entier continuent de payer de grosses sommes d’argent pour des timbres-poste rares très recherchés;
  • Ceux qui ne peuvent pas (ou ne veulent pas) dépenser beaucoup en timbres mais qui aiment quand même collectionner des timbres ont trouvé de nouvelles façons amusantes de le faire;
  • La façon dont les gens achètent et vendent des timbres a changé.

Philatélistes et / ou collectionneurs de timbres

À l’époque, il y avait une sorte de modèle de progression que la plupart des collectionneurs de timbres suivaient. Ce modèle a plus ou moins dicté que l’on aspire à l’exhaustivité. Étant donné que l’exhaustivité ne peut jamais être atteinte avec une collection mondiale, on est encouragé à se spécialiser dans les timbres d’une certaine région ou d’un certain pays, ou même des timbres d’une certaine période émis par un pays particulier. Ainsi, un collectionneur pourrait limiter son champ d’application aux timbres de l’Allemagne d’avant la Seconde Guerre mondiale ou aux timbres de l’Empire britannique émis sous le règne de la reine Victoria. Cette méthode de collecte a toujours du sens.

La spécialisation impliquait également d’approfondir ses connaissances dans un domaine particulier et de collecter des erreurs, des variantes, des couvertures avec des marquages ​​inhabituels et ce genre de choses. Cette acquisition de connaissances a vraisemblablement conduit l’un d’entre eux à être philatéliste collectionneur de timbres, deux termes qui restent en usage. L’implication malheureuse qui a surgi – et c’est inexact – est qu’il était en quelque sorte «mieux» d’être philatéliste que collectionneur de timbres.

Comme on pouvait s’y attendre, certains partis gagnaient plus d’argent des philatélistes que des collectionneurs de timbres. Par exemple, la question de savoir si les petites différences sur deux timbres constituaient des variétés distinctes – qui devaient toutes deux être collectées pour être complètes – était une décision prise dans une large mesure par les sociétés de catalogue. Cela signifiait que l’amateur devait consacrer plus d’argent non seulement aux variétés de timbres, mais aussi aux catalogues, albums de timbres, périodiques de timbres et équipements spécialisés, une évolution qui convenait à ceux qui se considéraient principalement comme des philatélistes mais pas nécessairement à ceux qui se considéraient avant tout comme des collectionneurs de timbres.

En même temps, l’image populaire du collectionneur de timbres en tant qu’homme d’action admiré (les monarques britanniques, Franklin Delano Roosevelt et Dwight Eisenhower étaient tous des collectionneurs de timbres) a commencé à céder la place à une image moins flatteuse (et inexacte), celle du introverti myope qui a consacré beaucoup de temps à examiner de petits morceaux de papier pour de minuscules différences. (Ce changement dans la perception du collectionneur de timbres faisait peut-être partie de la tendance plus large de l’anti-intellectualisme qui se produisait en Amérique dans les années 1950, une tendance notée par Jacques Barzun dans House of Intellect.) En fait, les hommes – et les femmes – de l’action ont toujours naturellement tourné vers la philatélie précisément parce que c’est un passe-temps calme, solitaire et axé sur les processus qui offre un répit bienvenu de leurs activités typiques axées sur les objectifs et les relations.

Collectionner des timbres aujourd’hui

Beaucoup de gens attribuent à tort l’âge des ordinateurs et des jeux électroniques comme la cause de la baisse d’intérêt pour la philatélie, si une telle baisse existe. Non seulement nous sommes en désaccord, mais nous pensons qu’Internet a, à bien des égards, aidé le passe-temps et le collectionneur moyen de timbres.

Combien de timbres, de collections de timbres, de couvertures philatéliques et similaires changent de mains chaque année sur eBay? Nous n’avons aucune idée, mais nous supposons que le nombre est assez grand. Chaque jour, des milliers d’articles liés à la philatélie sont en vente sur le site web. Et si personne ne collectionne encore les timbres, pourquoi est-il si souvent surenchéri?

Certains de ces articles, sans aucun doute, sont achetés par des investisseurs philatéliques, ce qui est formidable. Les autres acheteurs – collectionneurs de timbres et philatélistes – achètent et collectionnent pour le plaisir qu’ils tirent de leur passe-temps. Ils ont des collections de voitures sur des timbres qui ne doivent pas être complètes pour être appréciées. Ils achètent des couvertures et des cartes postales parce que l’endroit d’où la couverture ou la carte a été envoyée a une signification particulière pour eux. Ils pourraient acheter un certain article et l’encadrer pour l’affichage dans un bureau à domicile ou une salle de jeux. Ils achètent des timbres pour les espaces vides dans leurs albums et ne se soucient pas s’ils sont appelés «remplisseurs d’espace». Ils passent un bon moment, principalement parce qu’ils considèrent la collecte de timbres comme un effort relaxant et agréable qui est plus que jamais nécessaire dans un monde en constante évolution de surcharge d’informations.

Donc, oui, les gens collectionnent toujours des timbres. Et ils s’amusent à le faire. Ils ne suivent tout simplement pas la même voie dictée par la collecte de timbres, ce qui n’est pas une mauvaise chose.

Qui a besoin d’organisations?

L’idée de la nécessité de pratiquer un passe-temps sous les auspices d’une organisation telle que l’American Philatelic Society a également évolué au fil du temps. Bien que les avantages de telles organisations demeurent, l’adhésion peut ne pas être considérée comme aussi nécessaire aujourd’hui qu’elle l’était autrefois, en raison du fait que nous vivons maintenant à une époque où l’on peut trouver une grande quantité d’informations philatéliques en ligne et acheter des timbres en ligne avec au moins un certain recours si la transaction devait mal tourner. (Nous sommes toujours d’avis qu’il est préférable d’acheter auprès des membres de la Société plutôt que des non-membres.) Le changement a été lent, mais le changement a été inévitable. En 2013, l’adhésion à l’American Philatelic Society représentait environ la moitié de ce qu’elle était à son apogée.

Ce n’est pas le lieu de se lancer dans la défense de telles organisations, même si nous pourrions facilement le faire; il ne s’agit pas de savoir si l’adhésion à de telles organisations en vaut la peine, mais que la perception répandue de la valeur d’une telle adhésion a changé au fil du temps.

Mise à jour

Peu de temps après avoir écrit et publié cet article, une histoire a été publiée dans Linn’s Stamp News, intitulée « Le Sommet sur l’avenir de la philatélie examine les préoccupations et les moyens d’agir ». Bien qu’il aborde certains des problèmes mentionnés ci-dessus, une préoccupation clé semble être d’amener les personnes intéressées par les timbres à une « philatélie organisée ». Nous ne sommes pas sûrs que la tentative réussira, car (comme indiqué ci-dessus), nous ne sommes pas sûrs que de nombreux collectionneurs de timbres souhaitent participer à une « philatélie organisée », mais nous sommes heureux de voir le sujet discuté.


Source de la page: https://www.djmcadam.com/anyone-collect-stamps.html
Traduit par Mathilde Guibert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *